British Interplanetary Society : "Comment renverser une dictature martienne ?"


Le British Interplanetary Society (BIS), fondée en 1933, s’est réuni le mois dernier pour évoquer la question du renversement d'un gouvernement martien.

Le BIS est la plus ancienne association dont l'objet est exclusivement la promotion de l'astronautique et de la conquête de l'espace.
 
Selon la BBC, « Deux entités du siège londonien du service de sécurité de la Grande-Bretagne, le MI6, un groupe de 30 hommes et femmes réfléchissent à un complot pour renverser un gouvernement d’ordre tyrannique. »

(Crédit: David A. Hardy / www.astroart.org)

Le BIS étudie très sérieusement ce type d’enjeux.
 
Cette réunion représentait la troisième de l’année au sujet de la "liberté extraterrestre". Des conférences ont débuté en 2013 dans le but d’explorer les concepts de liberté et de gouvernance des humains dans l'espace, dans le futur. Il s’agissait de réfléchir à la rédaction d'une constitution applicable sur une autre planète.
 
Les thèmes abordés lors de la première conférence :

  • La liberté sur des surfaces planétaires
  • La primauté du droit dans l'espace
  • La nature de la démocratie dans l'espace 
  • Le droit de propriété dans l’espace
  • La nature de la tyrannie dans l'espace
  • L'indépendance des colonies spatiales et les constitutions extraterrestres.

(Crédit: British Interplanetary Society)


Le deuxième événement, intitulé "Gouvernance humaine au-delà de la Terre," a examiné les thèmes tels que :

  • La gouvernance extraterrestre
  • La liberté d'expression et de la presse dans l'environnement extraterrestre
  • La politique et les systèmes économiques pour maximiser la liberté dans l'espace
  • Les systèmes juridiques, la police, les prisons et la loi dans l'espace.

Le troisième événement, qui a eu lieu le mois dernier a été intitulé "La dissidence, la révolution et la liberté dans l'espace".



Il s’agissait d’aborder les questions suivantes :

  • Comment pouvez-vous empêcher un environnement extraterrestre extrême de faire émerger un appareil de sécurité coercitif ?
  • Comment serait mise en place la surveillance ?
  • Comment la criminalité pourrait-elle être gérée dans des conditions extrêmes ? Dans quelle mesure une  révolution serait-elle justifiée dans l’espace ?
  • Comment la dissidence politique pourrait être encouragée sans menacer la sécurité de tous ? 

(Crédit: Science Photo Library)


Charles Cockell, un professeur d'astrobiologie à l'Université d'Édimbourg, a déclaré à la BBC, « Cette année, nous allons discuter de ce qui pourrait se passer si vous n’aimez pas le gouvernement que vous avez créé et mis en place, et que vous souhaitez le renverser. »
 
Le groupe de penseurs réunis pour réfléchir à ces questions comprend des scientifiques, des ingénieurs, des spécialistes des spécialistes en sciences sociales, des philosophes et des écrivains.
 
« Nous espérons que les discussions que nous avons constitueront les premières idées au sujet de la liberté extraterrestre, »
dit Cockell. « Nous avons eu la chance de réfléchir aux problèmes auxquels nous pourrions faire face dans l'espace avant d’y aller. »